Temps de l’enfant, de la justice, des parents séparés: entre urgence et prudence

Le Conseil Interdisciplinaire sur la Responsabilité Parentale PArtagée organise ses prochaines journées d’étude sur « Le temps, la séparation parentale, l’enfant et la justice : entre urgence et prudence ». Celles-ci se dérouleront à Nantes les 2 et 3 décembre prochains, en présence si cela est possible et en visioconférence.

Pour rappel, les premières journées d’étude portaient sur les besoins et droits de l’enfant et de l’adolescent dans les ruptures familiales. Elles étaient organisées par le CERDAF de l’Université Savoie Mont-Blanc les Jeudi 10 et Vendredi 11 décembre 2020.

Le CIRPA-France propose, lors de la première journée, de s’interroger sur l’importance du temps pour l’enfant dans les relations parentales et plus particulièrement lors de la séparation des parents. Nous mettrons en parallèle les temps de l’enfant ceux de la séparation parentale et des procédures judiciaires qui peuvent accompagner cette séparation.

Combiner les approches interdisciplinaires pour mieux comprendre

Le « parental », c’est-à-dire tout ce qui touche à l’enfant et à sa relation avec ses parents, devient un enjeu prioritaire dans nos sociétés. Des scientifiques de disciplines différentes proposeront un regard historique, sociologique, psychologique et juridique de sur cette importance du temps dans la relation entre l’enfant et son parent.

Cependant, les ruptures de couple sont de plus en plus fréquentes. Nous interrogerons le facteur temps dans les séparations parentales et son impact sur le développement et le bien-être de l’enfant. Nous savons que la qualité des liens d’attachement est d’importance. Construire cette qualité de relation doit nécessiter aussi une certaine quantité de temps, mais laquelle ? La fréquence des relations est certainement importante aussi. Nous essaierons de mieux comprendre les interactions entre ces temps différents.

D’ores et déjà, des psychologues sont pressenti.e.s  pour intervenir et des sociologues – tel Benoît Hachet – et des spécialistes du droit – comme Blandine Mallevaey – ont donné leur accord de principe.

La justice familiale : entre urgence et prudence

Face à la séparation parentale, la justice familiale en France est souvent décriée, jugée tantôt trop lente, tantôt expéditive. Aussi lors de la deuxième journée, le CIRPA-France propose de mettre en miroir les préoccupations Européennes sur la question du temps et de la justice familiale avec les mécanismes procéduraux français.

Agir avec célérité semble fondamental pour répondre aux besoins de sécurité de l’enfant. Toutefois, prendre le temps d’écouter, de pacifier, de co-construire un plan parental apparait comme essentiel pour résoudre le litige voire le conflit. Entre prudence et urgence, l’équilibre semble parfois difficile à trouver.

Nous proposerons à des personnes de terrain, des professionnel.le.s de la justice familiale de partager leurs expériences, leur détermination et leurs doutes.

D’ores et déjà, nous sommes en discussion avec des juges, des médiateurs et des avocats. Des personnes clefs au niveau national ont déjà donné leur accord. Nous vous en dirons plus en septembre.

Bien évidemment, les responsables du CIRPA-France feront part de leurs connaissances et expériences. Fabien Bacro, qui organise ces journées, précisera ce qui concerne les liens d’attachement. Caroline Siffrein-Blanc présentera une étude sur des paroles de magistrats concernant les enfants dans les séparations parentales. Guillaume Kessler fera un point sur les législations européennes en ce qui concerne les délais de la justice familiale. Elodie Thébaud fera part de sa pratique d’avocate. Michel Grangeat rapportera les travaux du comité d’experts sur les droits de l’enfant dans les situations de séparation parentale ou de placement (CJ/ENF-ISE) au Conseil de l’Europe.

Une suite prévue à ces journées

Un volet 2 du même thème est déjà envisagé en juin 2022 à Aix-Marseille. Il portera sur « Le temps, la crise familiale aggravée, l’enfant et la justice : entre urgence et prudence ».

Fabien Bacro conclura le volet 1, à Nantes, en amorçant le volet 2, à Marseille. Il traitera du temps comme indicateur de la nature de la crise ; qu’est-ce qui bloque le processus de la séparation ?

Une date à retenir

Que vous veniez à Nantes ou que vous nous suiviez en ligne, retenez donc les dates des 2 et 3 décembre 2021 ! Des précisions sur l’inscription arriveront à l’automne.

Si vous souhaitez apporter une contribution, n’hésitez pas à nous contacter.

Comme pour les premières journées, une part importante sera laissée à la discussion entre les personnes présentes à Nantes ou, en ligne, choisies à l’avance. Si nous parvenons à l’organiser, nous pourrons aussi avoir des questions réponses avec le public en ligne.

Étiquettes: